Est-ce que les bonsais sont torturés ?

S'il est un sujet plus que houleux c'est bien celui de la maltraitance des bonsais. La nanification serait le résultat d'une véritable torture chinoise et des mauvais traitement qui leur seraient infligés. Ces croyances ont la vie dure, malgré qu'elles soient dénuées de tout fondement.

Est-ce que les bonsais sont torturés ?

Est-ce qu'un bonsai souffre ?

La question de la souffrance végétale est un sujet épineux qui anime très souvent les débats entre les vegans et les carnivores. Ces dernières années, de nombreuses études ont été menées, études qui soulèvent bien plus de questions qu'elles n'amènent de réponses.

Même si beaucoup d’éléments scientifiquement montrent que le règne végétal est sensible, il ne faut pas faire preuve d’anthropomorphisme, c'est-à-dire penser qu'une plante est faite comme nous. La Terre à 4,5 milliards d'années, et cela fait plus de 3 milliards d'années que le règne végétal et le règne animal suivent des évolutions séparées. Pourtant, même si les plantes n'ont pas de systèmes neuronaux comme nous, cela ne veut pas dire qu'elles n'ont pas de sensibilité. Il faudrait plutôt parler d'une capacité à percevoir les choses de leur environnement.

Il faut bien se rappeler que la position des arbres et des plantes est immuable. Ils ne peuvent pas bouger pour se protéger. Ils doivent donc mettre en oeuvre des mécanismes spécifiques pour réagir à leur environnement.

Ainsi, le débourrement du printemps se fait lorsque l'arbre a pris conscience que les conditions météo sont optimales. De même les arbres captent les variations de température et adaptent l'ouverture de leurs stomates pour éviter la transpiration afin d'éviter le stress hydrique.

Certains pensent qu'il s'agit de simples automatismes, des réflexes conditionnés. Ce n'est pas tout à fait juste car la façon dont l'arbre va réagir n'est pas une réponse stéréotypée mais plutôt qu'une réponse adaptée à un certains nombre de stimulis qu'il reçoit. L'arbre serait-il capable de penser et de prendre des décisions ? Encore une fois, ne tombons pas dans l'anthropomorphisme.

Que se passe-t-il lorsqu'un arbre reçoit un stress ? Lorsqu'il est attaqué ou taillé ? Vous avez certainement vu ce reportage sur les acacias en Afrique. Lorsqu'ils sont broutés par les koudous, ils envoient aux arbres alentours un signal pour sécréter du tanin dans leurs feuilles, qui va tuer les koudous. Est-ce une réaction une sorte de douleur ? Les débats restent encore ouverts, mais pour ma part je ne pense pas que ce soit le cas.

Le rôle de la douleur est de faire prendre conscience d'une situation urgente qui met notre vie en danger. Chez les animaux, la réponse à une douleur est de se protéger ou de fuir. Mais cela n'a pas de sens pour une plante qui est et restera immobile. Quel serait l'intérêt de la douleur pour une plante qui n'a pas la possibilité de se déplacer ? Dans notre monde, l'évolution des espèces a toujours un but. La façon dont fonctionne nos organes et l'ensemble notre corps répond toujours à un objectif précis. La notion de douleur n'a pas de sens pour une pante.

Mais je ne considère pas non plus qu'un plante ne ressentent rien, à l'instar d'un vulgaire caillou. Nous ignorons encore énormément de chose sur le fonctionnement d'un arbre. Ce dont je suis certain c'est qu'un arbre perçoit ce qui l'entoure, les agressions qu'il subit. Il a une perception de soi à propos de laquelle nous ignorons encore beaucoup, mais sait s'adapter pour continuer à pousser dans son environement. Et c'est justement cette capacité que nous utilisons pour créer des bonsais.

Le bonsai, c'est imiter ce que fait la nature

Une plante et plus particulièrement un arbre a cette merveilleuse capacité à s'adapter aux conditions qu'on lui donne, ce qui serait impossible pour un animal.

Ainsi, la petite taille d'un bonsai est un phénomène naturel qui est la simple adaptation à son environnement et au faible volume de sol dans lequel il pousse. Si vous vous promenez en montagne, vous verrez certainement des petits arbres rabougris et pourtant centenaires. Ils poussent dans une poche de terre, parfois en faisant plonger leurs racines entre les failles de la roche à la recherche de l'eau. Ils voient passer des générations de randonneurs qui les contemplent, et eux sont toujours là, toujours vivants.

De même, lorsqu'un arbre se fait brouter régulièrement les jeunes pousses de l'année par les animaux, il va en émettre de nouvelles pour compenser. C'est ce principe que nous utilisons pour tailler un bonsai et le densifier.

Les premiers bonsaikas ont été de formidables observateurs de la nature. C'est en étudiant et en comprenant ce qui se passe de façon naturelle qu'ils ont mis au point des techniques spécifiques.

Faire du bonsai c'est avant tout comprendre comment fonctionne un arbre et respecter son cycle de vie.

Ce que vous acceptez pour votre jardin, vous le refusez pour les bonsais ?

J'entends souvent des personnes critiquer le fait que l'on taille nos arbres, et que nous devrions les laissez pousser. Et qu'en est-il des haies que vous taillez régulièrement pour que votre jardin soit bien entretenu ? Ou bien de ces arbres séculaires pour lesquels vous demandez à votre voisin de couper de grosses branches car elles empiètent sur votre propriété ?

De même pour la ligature, c'est torturer ces pauvres bonsais que de leur mettre tous ces fils. Que penser alors de la vigne que l'on attache aussi, mais dans le seul but qu'elle donne plus de raisins pour faire du vin ? Et lorsque vous regardez les jeunes enfants, combien ont des appareils dentaires ? Vous torturez vos enfants en leur mettant des fils en acier sur les dents, tout cela pour satisfaire votre égo personnel et montrer la beauté de votre progéniture à votre entourage ?

Certains reprochent encore que certains bonsais sont produits en Asie. Que penser des oliviers centenaires ou encore des palmiers que l'on arrache pour les mettre dans des pots et décorer les jardins ou les terrasses des cafés ?

La plupart des arguments des anti-bonsai sont dénués de tout fondement, font preuve d'une totale mécompréhension et d'un manque total d'ouverture d'esprit.

Nos bonsais, nous les chérissons, nous en prenons soin chaque jour et nous ne voulons que leur bien. Un être torturé ne pourrait pas vivre longtemps. Pourtant en Chine, berceau du bonsai, il y en a qui ont plus de 1000 ans. Est-ce qu'il reste encore beaucoup d'arbres dans la nature qui ont une telle longévité ?

Le propre de l'Homme a malheureusement toujours été de rejeter, détruire ou encore tuer tout ce qu'il ne comprenait pas. L'histoire est remplie de ces périodes sombres.

Bruno, alias Vital Bonsaï
Avant tout, un passionné de bonsaï
Le bonsaï peut parfois paraitre complexe et déroutant, surtout pour les débutants. Je te donne des conseils pratiques avec surtout de bonnes bases de culture pour que tu puisses progresser dans cet art.
Si tu aimes ce que je fais, tu peux me soutenir avec un

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce dernier, je considère que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok