Faut-il avoir la main verte pour faire du bonsai ?

C'est une phrase que j'entends régulièrement. J'aimerais bien cultiver un bonsai mais je n'ai pas la main verte. Pourtant ces petits arbres en pot ne sont si difficiles à entretenir. Qui peut faire du bonsaï ? Tout le monde, pour peu que l'on comprenne comment ils fonctionnent et quels sont leurs besoins. Et d'ailleurs, c'est en plongeant dans cette passion que de nombreux jardiniers amateurs sont devenus de véritables cultivateurs.

Faut-il avoir la main verte pour faire du bonsai ?

Nous avons tous fait mourrir un bonsai, par méconnaissance

Qui n'a pas acheté un bonsai en grande surface ou en jardinerie, et a tenté tant bien que mal de l'entretenir ? Et le voir dépérir jour après jour est un petit traumatisme en soi, on se sent impuissant, on ne sait pas ce qui lui arrive, et un jour il est tout sec et rejoint le tas de compost. Chaque année, des milliers de bonsais de supermarché meurent, et ce n'est pas votre faute.

Ces arbres sont très souvent des espèces issues d'Asie, habituées à un climat tropical ou subtropical : ficus, carmona, serissa, etc. Ils ont été cultivés et engraissés pour pousser vite, à grand renfort de lumière, chaleur et grosse fertilisation. Quand ils arrivent chez nous, ils ne retrouvent pas ce climat et ces conditions de culture auxquels ils étaient habitués.

Il s'agit là d'un pure produit de consommation, comme un bouquet de roses ou de tulipes qui va faner au bout de quelques jours.

Peu de ces bonsais vont survivre, et ce n'est pas votre faute, car il est très difficile de cultiver ces essences chez nous (sauf peut-être le ficus qui est très tolérant). C'est pour cela qu'il est important de privilégier des essences locales ou adaptées à son climat.

Toutes les espèces ne se valent pas pour créer un beau bonsai. Certaines sont plus adaptées que d'autres et c'est vers celles-ci que l'amateur doit se tourner en priorité.

Avoir la main verte, c’est savoir faire le bon geste au bon moment

Ceux qui ont de la réussite avec les plantes ont peut-être de la chance, peut-être qu'ils ont un talent caché ou un sens inné que d'autres n'ont pas. Surtout, ils comprennent comment fonctionne un arbre, quels sont ses besoins, et les travaux que l'on peut faire ou ne doit pas faire suivant la saison. Cette connaissance est un passage obligé pour bien entretenir un bonsai.

Savez-vous vraiment ce qu'est un arbre, comment il pousse et se nourrit ? Connaitre son fonctionnement est essentiel pour bien appliquer les techniques et obtenir les résultats attendus.

N'ayez pas peur, je ne vous demande pas de devenir de véritables horticulteurs, mais quelques notions de base sont essentielles. Si le rempotage se fait au printemps, c'est que l'arbre termine sa phase de dormance et recommence son activité racinaire. Nous taillons les pousses de l'année à un moment où elles ont accumulées de l'énergie pour créer de nouveaux bourgeons et faire de nouvelles pousses.

Chaque technique que nous employons a un but précis. Quand nous faisons quelque chose il est important de savoir pourquoi et quel est l'objectif attendu.

Si tout cela vous parait compliqué, ne vous inquiétez pas, j'explique tout cela en détail à travers les nombreux articles de ce site.

Avoir la main verte, c'est aussi avoir de la discipline

S'il y a deux prérequis majeur à avoir quand on se lance dans la culture des bonsais, c'est d'avoir du temps et de la patience. Il faut respecter le cycle de l'arbre, ne pas vouloir en faire trop. De nombreux débutants perdent des arbres par un excès de travail. Ils veulent aller trop vite, ils accumulent les travaux et l'arbre se fatigue. Parfois il va végéter un an ou deux le temps de se remettre, parfois il ne survivra pas.

En bonsai, vouloir aller trop vite n'est pas productif, au contraire.

Mon ami Michel Sacal qui m'a initié à cet art en 2003 disait souvent qu'iil est urgent de ne rien faire. J'ai souvent cette phrase en mémoire, qui tourne comme une litanie. Et cela demande une certaine discipline, surtout avec la fougue des débuts. Il faut savoir écouter et comprendre l'arbre.

Le bonsai est également un rituel quasi quotidien. L'arrosage bien sûr, mais également vérifier que tout va bien. Est-ce qu'il y a des traces de parasites ? Est-ce que les feuilles ont toujours une couleur vive ? Est-ce qu'il a assez poussé pour être taillé ? Et chaque fois qu'il y a quelque chose à faire, il faut le faire maintenant. Le bonsai ne supporte pas la procrastination, remettre au lendemain ce qui devrait être fait le jour même.

Le bonsai ne demande pas d'avoir la main verte, mais en suivant tous les conseils que je vous donne, nul doute que vous allez l'obtenir. Il suffit juste de le vouloir.

Bruno, alias Vital Bonsaï
Avant tout, un passionné de bonsaï
Le bonsaï peut parfois paraitre complexe et déroutant, surtout pour les débutants. Je te donne des conseils pratiques avec surtout de bonnes bases de culture pour que tu puisses progresser dans cet art.
Si tu aimes ce que je fais, tu peux me soutenir avec un

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce dernier, je considère que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok