Le fonctionnement d'un arbre

Un bonsai est avant tout un arbre. Mais savez-vous vraiment ce qu'est un arbre et comment il pousse, comment il se nourrit ? Connaitre son fonctionnement est essentiel, et c'est un peu la base du bonsaï. Cela permet de comprendre pourquoi nous appliquons telle technique à tel moment pour obtenir tel résultat. Plongeons ensemble au coeur de celui qui est indispensable à la vie de l'homme sur terre.

Comment fonctionne un arbre ?

L'arbre, cette véritable usine biologique

Un arbre est une plante ligneuse, c'est-à-dire que les nouvelles pousses vont se lignifier et se transformer en bois. C'est cette capacité qui permet de créer un bonsai.

Le tronc et les branches forment un gigantesque réseau de distribution à double sens, entre les racines qui captent au l’eau et les sels minéraux du sol et le feuillage qui va produire la photosynthèse à partir de la lumière et du dioxyde de carbone.

Tout commence par les racines

Cachées à l'intérieur du substrat, à l'ombre de la lumière, les racines sont indispensables à la survie de l'arbre. Il en existe deux types :

  • Les racines ligneuses qui servent à ancrer l'arbre dans le sol et l'empêcher de tomber sous son propre poids ou lorsqu'il y a du vent ;
  • Les radicelles qui vont puiser l'eau et les nutriments qui vont être amenée jusqu'aux feuilles. Elles sont fragiles et se reconnaissent à leur couleur blanche. Au bout d'un certain temps elles se lignifient et servent uniquement à l'ancrage de l'arbre, et sur elles vont se développer de nouvelles radicelles.

Le réseau de racines se ramifie année après année, et cette ramification est importante pour créer de beaux bonsai. En effet, ce qui se passe au niveau des racines, se passe aussi pour les branches. Il ne sera pas possible d'avoir de belles branches ramifiées sans qu'il y ait une bonne division racinaire.

Enfin, un bonsai dans son pot n'a pas besoin de racines pour le maintenir en place. Lorsque nous faisons un rempotage, nous coupons les grosses racines ligneuses et conservons les radicelles.

Les feuilles et la photosynthèse

Afin de pousser, créer de nouveaux tissus et tout simplement survivre dans son environnement, un arbre a besoin d'énergie. Contrairement à certaines idées reçues, ce n'est pas l'eau et l'engrais qui va le nourrir, mais le soleil. Les arbres captent l'énergie solaire grâce à leurs feuilles qui sont chargées en chlorophylle.

Pour fonctionner à plein régime, la photosynthèse a besoin d'eau, des sels minéraux, du gaz carbonique présent dans l'atmosphère et suffisamment de lumière. Les stomates vont s'ouvrir pour faire entrer le gaz carbonique et rejeter de l'oxygène, mais en même temps beaucoup d'eau va être perdue par transpiration. Si l'eau vient à manquer, la photosynthèse va diminuer et la croissance ralentir.

La photosynthèse est le processus qui permet aux végétaux de synthétiser de la matière organique en utilisant la lumière. Elle permet la création de nouveaux tissus tout en rejetant dans l’atmosphère de l'oxygène indispensable à la vie animale.

Les arbres aussi respirent

Comme nous, l’arbre respire en absorbant l’oxygène pour rejeter du gaz carbonique. Il va utiliser l'énergie chimique produite par la photosynthèse afin de produire de nouveaux tissus et continuer sa croissance. Et pour cela il a besoin d'oxygène, qu'il va puiser au niveau des feuilles, des branches, du tronc et également des racines.

C'est pour cela qu'il est important de cultiver ses bonsais dans un substrat drainant et aéré dans lequel il va subsister de petites poches d'air. La présence de l'air au niveau des racines est essentielle pour une bonne culture des bonsais.

Les arbres eux aussi ont besoin d'oxygène pour vivre, mais ils n'ont pas de coeur et de vaisseaux sanguin qui permet de l'amener à tous les organes.

A partir du printemps, la respiration des arbres passe inaperçue car elle est masquée par la photosynthèse. Mais elle est bien présente.

La circulation de la sève

A l'intérieur du tronc et des branches, circule la sève, du moins les sèves. Car il en existe deux types, canalisées dans deux réseaux de distribution bien séparés :

  • Au coeur de l'arbre se trouvent les vaisseaux du xylème, qui transportent la sève brute, essentiellement composée d'eau et de sels minéraux puisés dans le sol ;
  • Une fois arrivée aux feuille, cette sève va se charger en sucres par la photosynthèse, et va redescendre dans les vaisseaux du phloème. On parle alors se sève élaborée, c'est elle qui va servir à la création de nouveaux tissus.

Comment la sève circule-t-elle des racines jusqu'au feuille et inversement ? Et comment défie-t-elle la loi de la gravité pour arriver jusqu'à la cime qui se trouve parfois à plus de 100 mètres de haut ?

Entre les deux, se trouve une couche de cellules que l'on appelle le cambium, et qui a la particularité de pouvoir produire le xylème d'un côté et le phloème de l'autre. C'est comme ça que le tronc et les branches vont avoir une croissance circulaire, que l'on peut constater lorsque l'on coupe un tronc qui laisse apparaitre des cercles de croissance.

Sur un arbre jeune, tout le coeur est utilisé par le xylème. Mais au fur et à mesure que l'arbre grossit, le coeur ne contient plus de cellules vivantes, c'est uniquement du bois mort et dur, qui sert de structure porteuse à l'arbre.

Sur la partie externe se trouve l'écorce, plus ou moins épaisse suivant les espèces, et qui a un rôle de protection. C'est une barrière qui protège les tissus vivants des maladies et des agressions extérieures.

Le cycle de l'arbre

Chaque année au printemps, la magie de la nature fait émerger de nouvelles pousses, c'est le débourrement. Un arbre n'a qu'une envie, grandir, pousser, aller toujours plus haut, devenir de plus en plus grand. Il va mettre en oeuvre toutes ses ressources pour y arriver. Même si en montagne la saison de pousse est réduite, ce cycle se répète année après année, jusqu'à l'automne quand il accumule ses réserves pour préparer le printemps suivant.

Il est également important de remarquer comment les différents types d'arbres ont su s'adapter à des environnements climatiques différents. L'eau en quantité parfois insuffisante, le froid ou encore le vent sont terribles pour les plantes qui ne peuvent pas bouger et se protéger. C'est ainsi que les feuillus et les conifères ont un fonctionnement bien différent, justement pour s'adapter à leur environnement.

Si certaines perdent leurs feuilles en automne c'est principalement dans un but de protection, pour faire face à la saison hivernale durant laquelle les ressources peuvent manquer. A l'inverse, les persistants conservent leur feuillage tout au long de l'année car sa structure physiologique est bien différente.

Comment gèrent-ils la transpiration alors que l'eau n'est pas toujours présente en quantité suffisante ? Comment les arbres se protègent du froid ? Ce sont autant de concepts à connaitre afin de comprendre comment fonctionne un arbre et pouvoir appliquer les bonnes techniques sur nos bonsais.

Pour se supporter des conditions météo extrêmes, un arbre doit s'adapter et mettre en oeuvre des mécanismes qui lui permettent de se protéger tout en continuant à maintenir une activité minimale nécessaire à sa survie.

L'eau et les arbres

L'eau est essentielle à tous les êtres vivants, et les arbres n'y font pas exception. C'est un élément indispensable à la survie de l'arbre et c'est aussi celui qui est le plus compliqué à gérer.

  • Trop d'eau, et le substrat ne contient plus d'oxygène et les racines pourrissent. L'arbre n'est alors plus alimenté en eau et meurt ;
  • Pas assez d'eau, et l'arbre ferme ses stomates, la photosynthèse ne se produit plus. Il faut savoir qu'un arbre perd par transpiration au niveau des feuilles quasiment toute l'eau qu'il puise dans le sol. C’est du reste cette transpiration foliaire qui est le moteur du flux de sève ascendante, le xylème. Quand l'eau vient à manquer au niveau des feuilles, elles peuvent rapidement être brûlées et se dessèchent.
  • Et lorsque l'eau n'est plus disponible dans le sol alors que la transpiration continue, l'arbre est exposé au phénomène d’embolie gazeuse, c’est-à-dire la pénétration d’air par cavitation dans les vaisseaux du xylème en dépression. La circulation de la sève est interrompue et ces canaux sont perdus, et si le phénomène se propage trop cela mène à la mort de branches ou de l'arbre en entier.

Il est donc important d'utiliser d'une part des substrats drainants avoir d'avoir toujours un bon apport en oxynène au niveau des racines, mais également d'arroser suffisamment. Avec un bon substrat, en été l'arrosage d'un bonsai peut se faire en abondance sans risque, et il vaut mieux trop d'eau que pas assez.

Un des aspects les plus essentiels de l'entretien d'un bonsai est l'arrosage. C'est ce qui va permettre d'amener l'eau et les éléments nutritifs nécessaires à sa croissance

Comment les arbres font-ils des bébés ?

Les arbres ont eux aussi ce besoin de se reproduire afin de coloniser l'espace. Chaque année ils y consacrent beaucoup de temps et d'énergie. La reproduction peut se faire de différentes manières.

La première est la reproduction sexuée, par l'intermédiaire d'une fleur mâle et d'une femelle. Et oui, quasiment tous les arbres font des fleurs, même si souvent elles sont très discrètes et passent inaperçues. Quelques semaines plus tard il se forme alors un fruit qui va donner une graine. A l'automne ils tombent au sol et certains vont germer pour donner un nouvel arbre. C'est ce même principe que nous utilisons pour faire un bonsai à partir d'un semis.

Beaucoup pensent que pour créer un bonsai, il faut partir d'une graine. C'est une des nombreuses possibilités qui s'offrent à nous, et ce n'est pas la plus simple.

Il existe également d'autres types de reproduction qui ont inspirés les premiers bonsaikas. Les cépées sont ainsi des rejets de souche qui apparaissent quand un arbre est coupé ou cassé au niveau du sol. Des rejets apparaissent alors à la base de l'arbre et poussent très vite car ils profitent du système racinaire de l'arbre. Mais toutes les espèces ne sont pas adaptées à la cépée, les feuillus supportent bien, les conifères plus rarement.

Lorsqu'une branche se trouve en contact avec le sol, elle peut former des racines et donner un arbre indépendant. Cela peut arriver après une intervention humaine ou animale, lorsqu'une branche assez basse est couchée au niveau du sol. Nous utilisons cette faculté de marcottage afin de créer un bonsai à partir d'une partie d'un arbre, en faisant apparaitre des racines où nous en avons besoin.

Enfin, la bouture est une méthode artificielle de reproduction, elle n'apparait quasiment jamais spontanément dans la nature. Elle consiste à couper une pousse de l'année et la faire raciner. L'avantage par rapport au semis est que la bouture possède les mêmes gènes que la plante mère, et donc les mêmes qualités de feuillage, ce qui n'est pas toujours le cas avec le semis.

Bruno, alias Vital Bonsaï
Avant tout, un passionné de bonsaï
Le bonsaï peut parfois paraitre complexe et déroutant, surtout pour les débutants. Je te donne des conseils pratiques avec surtout de bonnes bases de culture pour que tu puisses progresser dans cet art.
Si tu aimes ce que je fais, tu peux me soutenir avec un

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce dernier, je considère que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok